A la rencontre des jeunes journalistes

L’association des Amis de la Vie organise une initiation au journalisme pendant son université d’été, du 2 au 7 juillet dans le Vercors. Ils sont 11 jeunes à réaliser des interviews, des portraits et des reportages sur les événements de la semaine. Découvrez l’équipe !

 

Clarisse Corruble, 19 ans  

“Étudiante en licence d’histoire et de sciences politiques, je suis férue de politique et de relations internationales. Comprendre le monde dans sa complexité me passionne véritablement. Passer les concours des écoles de journaliste est une possibilité que j’envisage pleinement.

A mes heures perdues, je fais de nombreux montages vidéos, ce qui m’a amené l’été dernier à rejoindre l’équipe communication du Scoutisme Français en tant que journaliste reporter d’images, lors d’un grand rassemblement international de 15 jours, le Roverway 2016.

Cette première expérience m’a beaucoup plu et j’espère, durant cette semaine à Méaudre, pouvoir m’initier à d’autres exercices journalistiques afin de cerner au mieux ma vocation. Le thème de cette université d’été me semble extrêmement intéressant et je suis persuadée que nous ne manquerons pas de matière pour nos articles !”

Dorian Borissevitch, 22 ans

“J’ai toujours aspiré à être journaliste : depuis le collège je lis la presse régulièrement je et m’intéresse au monde qui m’entoure, tant la géopolitique, les faits sociétaux que la culture.

Après l’obtention d’une Licence d’Histoire à Paris I Panthéon-Sorbonne en 2015, j’ai souhaité faire une pause dans mes études afin de réfléchir à mon projet professionnel. J’ai alors occupé des emplois étudiants pendant un an, afin de voyager et de financer mon matériel photographique.

Je viens de terminer un contrat de Service Civique à la Fédération Sportive et Culturelle de France pendant lequel j’ai été en charge de la gestion d’archives. En novembre 2016, j’ai fondé le site internet Enki News, support de mes reportages photographiques et d’articles sur les droits de l’homme. Étant membre depuis deux ans de l’Antenne Jeune Amnesty International de Paris I, ce sujet me tient particulièrement à cœur.”

Violaine Girard, 18 ans

“Je viens de passer mon bac scientifique que j’ai choisi par curiosité et défi. Et pourtant mon affinité pour les langues, la lecture et les lettres ne m’a jamais quittée. L’année prochaine, j’envisage donc de faire une licence de lettres et sciences politiques à Angers, qui me permettra de garder une pluridisciplinarité dans le travail, et d’acquérir une solide culture.

Je m’intéresse au journalisme car j’y vois, non seulement un métier mais un moyen de progresser dans la vie. Tout d’abord en apprenant toujours plus sur ce qui m’entoure, puis en ayant une vie rythmée par de multiples rencontres.

J’espère pendant cette semaine dans le Vercors découvrir les richesses du journalisme. Le thème de cette université d’été me semble propice avant de commencer une vie étudiante, afin d’être armée pour comprendre le monde, justifier mes points de vue et répondre à mes propres questions.”

Guilhem Fabry, 17 ans

“Je viens d’un petit village près de Toulouse où j’ai suivi une terminale ES. J’aime savoir ce qu’il se passe en France mais aussi au-delà. Je suis attiré par l’actualité que je suis quotidiennement à la télévision, sur internet ou grâce à la presse écrite. Ma curiosité m’amène à essayer de comprendre les grands enjeux actuels. Je m’intéresse à des sujets très variés, allant de la politique à l’économie, de l’histoire au sport.

En classe de terminale, j’ai décidé de préparer le concours de Sciences Po. Bien que je ne sache pas encore ce que je souhaite faire à l’avenir, j’aimerais que mon métier m’offre la possibilité de voyager, de découvrir, de rencontrer et d’agir pour un monde meilleur.

Participer à l’université d’été promet d’être une expérience enrichissante. Les journalistes nous informent, nous donnent à réfléchir. Je serai très heureux de découvrir les dessous de ce métier”

Alice Pillet, 19 ans

“Je suis actuellement en licence de langues, littérature et civilisation étrangères, spécialisée en anglais. A la rentrée prochaine, je vais entamer ma troisième année de licence et partir un semestre en Erasmus en Angleterre.

Passionnée de musique et de voyages, je lis et j’écris régulièrement. Je m’intéresse au journalisme depuis quelques temps déjà : s’informer, véhiculer des informations, découvrir, ce sont différentes facettes qui m’attirent dans ce domaine. Curieuse, j’aime voyager et m’ouvrir au monde qui m’entoure, aux autres cultures, échanger avec les gens. J’espère durant cette semaine d’université d’été pouvoir découvrir l’esprit général de ce métier qui m’intéresse et m’intrigue !”

Zacharie Raymond, 18 ans

“En licence 1 « Médias Cultures et Sociétés » à l’université Lumière Lyon 2, je compte poursuivre dans une L2 « Information-Communication ». J’aimerais ensuite terminer ma licence pour tenter les concours d’entrée dans différentes écoles de journalisme. On dit de moi que je suis curieux, calme et altruiste. J’ai fait de l’escalade, du parkour et du saxophone.

 Je suis intéressé par le métier de journalisme depuis la 3ème et plus récemment par le métier de JRI. Le contact direct avec l’actualité m’attire beaucoup. J’ai eu la chance d’effectuer un stage à France 3 à Lyon qui m’a conforté dans l’idée de m’orienter dans cette voie.”

Garance Bernard, 18 ans

“Je termine ma première année en prépa Sciences Po et licence d’Histoire sur Lille. Mon cursus m’a permis de m’ouvrir sur de nombreux sujets d’actualité tout en conservant l’aspect historique des phénomènes. Je suis passionnée par les enjeux actuels tant au niveau national qu’international.

Ouverte d’esprit, je suis avide de ce que peut m’apporter l’autre. Je n’ai jamais eu l’occasion de partir loin, mais j’ai énormément appris de l’Allemagne où j’ai passé beaucoup de temps en immersion. De plus, nos banlieues sont pleines de ressources en ce qui concerne la compréhension de notre société, c’est pourquoi je m’y investie. Je m’engage aussi dans le scoutisme français, cette année en tant que cheftaine pour les plus jeunes dans un quartier populaire de Lille Sud : j’en apprends autant qu’eux et surtout j’aime me sentir utile pour ces jeunes !

Je m’intéresse depuis peu au journalisme. Les évènements récents, mes rencontres et expériences m’amènent à ce métier que je n’avais jamais envisagé et qui pourtant recoupe tout ce qui me plaît.”

 Amandine Letourmy, 19 ans

J’achève ma première année à l’Académie de l’ESJ de Lille, parallèlement à une licence d’histoire. C’est un réel plaisir pour moi que de toujours me questionner, chercher, lire, observer toujours plus. Je suis avide de découvertes et j’aime les partager avec les autres. J’essaie toujours de ne pas me contenter des apparences, mais d’aspirer plutôt à regarder ce qui se déroule au-delà, dans les coulisses.

Attirée en particulier par les arts, le cinéma, et la littérature, j’aimerais à terme devenir journaliste culturelle dans un média radiophonique. Mais avant cela, j’aimerais acquérir de l’expérience dans le métier et ne pas me cantonner qu’au journalisme culturel.

Le stage au sein de la rédaction éphémère est pour moi une opportunité de plus de découvrir une autre facette de ce métier qui me fascine. Si j’ai parfois du mal à me décrire, je sais au moins qui je veux devenir. Motivée et ambitieuse, j’ai beaucoup de projets que je souhaite mener à terme. Devenir journaliste en est un.”

Timothé Durand, 19 ans

Je viens de Normandie et je suis actuellement en classe préparatoire DCG (finances) à Rouen. Cette université d’été représente pour moi une superbe occasion d’en apprendre davantage sur ce métier. Étant investi dans le scoutisme, j’aimerai beaucoup à l’avenir pouvoir proposer mes services lors de grands rassemblements où il manque toujours du monde dans les rédactions éphémères.

Je me suis rendu compte de l’importance du métier de journaliste lors d’une classe européenne à laquelle j’ai participé durant un mois à Berlin. Regroupant 20 nationalités différentes, il était intéressant de voir que nous étions tous, d’une manière différente, très influencés par nos médias nationaux.

De nature plutôt curieux, j’ai hâte de pouvoir apprendre et d’échanger avec des personnes d’horizons différents. Le thème de cette université d’été “Résister au fatalisme, discerner, rebondir ensemble” qui est plus que jamais d’actualité, m’a aussi beaucoup plu.”

Clémentine Bonnet, 19 ans

J’ai validé ma première année en double licence économie-géographie à Paris 1 Panthéon Sorbonne. Je fais partie d’un groupe scout depuis plus de dix ans, avec lequel j’ai appris à grandir en montant de nombreux projets en équipe. Cette année j’ai la chance de finaliser un projet solidaire de deux ans. Autrement j’aime beaucoup la photographie, l’escalade ainsi que la musique et voyager.

J’aime découvrir, apprendre, échanger c’est pourquoi je me suis inscrite à cette rédaction temporaire à l’université d’été. Plus tard, j’aimerai être journaliste photo-reporter.

L’actualité m’intéresse, je vais régulièrement dans des évènements pour y faire des photos car j’aime comprendre de près la complexité des évènements et les tensions entre les divers acteurs. Pour moi, la photographie joue un rôle très important dans l’information et elle permet de montrer des choses qui ne sont pas forcément faciles à écrire.”

Adèle Bugaut, 18 ans

Depuis quelques mois maintenant, je peux brandir ma carte d’électeur. Et j’ai pu dès mes débuts, m’essayer au dur métier de citoyen en commençant par une élection, et pas des moindres : les présidentielles ! Et comme tout rat de bibliothèque qui se respecte, je me suis documentée sur la CHOSE et n’ai pas tardé à aboutir à un constat assez déboussolant : quel pagaille la politique !

Alors, une université d’été m’ouvrant aux aléas de la démocratie, à la veille d’une rentrée en hypokhâgne n’est pas un choix pour moi mais plutôt une évidence. Je suis prête à m’embarquer dans cette nouvelle expérience, avec dans mon sac à dos, mon amour immodéré pour la cuisine, les arts, le voyage et l’écriture. Les activités que nous entreprendrons à Méaudre m’aideront surement à progresser vers mon rêve : devenir restauratrice d’art, critique gastronomique ou littéraire, l’avenir le dira!”