Sète 2018 : Sous le soleil de Midi le juste

Sète 2018 : Sous le soleil de Midi le juste

A l’ombre de Paul Valéry et de Georges Brassens, 300 lecteurs de La Vie se sont retrouvés au Lazaret, à Sète du 1er au 6 juillet. C’était bon pour le corps, l’âme et l’esprit.

On aurait aimé pousser les murs. Accueillir tous ceux qui ont hésité un jour de trop avant de s’inscrire, partager le bonheur de cette université d’été avec davantage d’élus. En 15 jours, toutes les places étaient prises. Il faut dire que nul ne pouvait se sentir étranger au sujet : « Notre santé, un enjeu politique, existentiel et spirituel ». Chaque participant est venu avec sa valise pleine d’inquiétude et d’espoir, pour soi ou pour un proche, mais gonflé de cette étonnante confiance que nous font nos lecteurs.

Une fois encore, philosophes, médecins, économistes, psychanalystes nous ont fourni de la matière à penser et de la lecture pour des mois. Nous avons beaucoup appris sur l’histoire de notre système de santé, l’épopée de la médecine à Montpellier, percé le mystère du prix délirant des nouveaux médicaments contre l’hépatite C, les maladies rares et certains cancers. Mais l’édition 2018 a été particulièrement marquée l’émotion. « La misère est corps de Dieu » : pour Marie-Hélène Boucand, médecin, philosophe et atteinte d’une maladie rare génétique, c’est une conviction tout simplement vitale. « Préférons les possibles au probable» ont suggéré Valérie Pihet et Emilie Hermant du collectif DingDingDong, institut de coproduction de savoir sur la maladie de Huntington.

Réflexion, émotion, mais aussi fête des papilles (ah la cuisine généreuse du Lazaret !), plaisir d’une baignade juste avant la méditation du matin, joie de chanter en choeur le répertoire de Brassens, de découvrir les vers de Paul Valéry depuis le cimetière marin. On aurait aimé poussé les murs.

Dominique Fonlupt

 

Sète 2018 : La biographie et la bibliographie des conférenciers, artistes, animateurs d’ateliers 

Sète 2018 : La biographie des animateurs des méditations et des ateliers

Sètes- 2018 : Tous les ouvrages de la librairie

Les articles des jeunes journalistes 2018

Les articles des jeunes journalistes 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retrouvez ici les articles publiés par les jeunes de la rédaction éphémère de l’université d’été 2018 des Amis de La Vie, à Sète.

 

 

Pour le premier jour de l’Université d’été des Amis de La Vie, le philosophe Jean-Philippe Pierron a posé l’enjeu moral de la santé. Récit d’une ouverture propice à la réflexion.

 

 

 

 

 

Tous les jours, juste avant le déjeuner, les jeunes journalistes de la rédaction éphémère présentent une revue de presse devant les 300 participants à l’Université d’été. Hugo Almoric, Maguelonne Le Roux et Paul Boiteau étaient aux commandes de cette première édition.

 

 

 

 

 

 

En prolongement des nombreux débats et conférences qui animent l’Université d’été 2018, nous revenons sur le thème de la santé publique en France. Découvrez 10 grandes dates qui ont marqué la santé publique française en défilant le long de l’axe temporel.

 

 

 

 

 

Tous les jours, juste avant le déjeuner, les jeunes journalistes de la rédaction éphémère présentent une revue de presse devant les 300 participants à l’Université d’été. Ce mardi 3 juillet 2018, c’était au tour de Coline Jean-Louis et Margot Cotrelle.

 

 

 

 

 

Émilie Hermant et Valérie Pihet étaient présentes à l’université d’été des Amis de la Vie pour présenter leur collectif innovant, nommé Dingdingdong, un institut de production de savoir sur la maladie d’Huntington, rassemblant artistes, chercheurs, personnes atteintes et leurs proches.

 

Suite à la demande de la préfecture, fin 2015, d’accueillir des réfugiés venant de la « Jungle » de Calais, le Lazaret est une des rares structures de la région à avoir accepté cette mission.

 

 

 

 

 

 

Rencontre avec deux lecteurs qui ont fait connaissance lors d’une précédente Université d’été et qui partagent depuis leur passion commune pour le dessin.

 

 

 

 

 

Tous les jours, juste avant le déjeuner, les jeunes journalistes de la rédaction éphémère présentent une revue de presse devant les 300 participants à l’Université d’été. Amélie Rolinat, Charles Schweizer et Antoine Sipp étaient ce jeudi 5 juillet 2018 sur l’estrade de la salle Méditerranée du Lazaret.

 

Une sortie était organisée par les Amis de la Vie au MIAM, le Musée international des arts modestes de Sète. Visite de ce lieu atypique et de sa nouvelle exposition sur l’art produit dans des espaces de privation de liberté.

 

Polo Tonka, écrivain, considère sa schizophrénie comme un élément omniprésent et indissociable de sa personne. Portrait.

 

 

 

 

 

 

À la suite de la table ronde sur le sujet « Quelle éthique du médicament ? » qui s’est déroulée mardi 3 juillet à l’Université d’été 2018, nous avons poursuivi la discussion avec les deux intervenants Joseph Emmerich et Olivier Maguet. Dialogue.

 

“Au Lazaret, qu’est ce qu’on mange bien !” voilà une phrase entendue au coin d’une table et qui résume bien la semaine d’Université d’été 2018 sur le plan culinaire. En plus de mettre en avant les spécialités et les producteurs de la région, le centre de vacances du Lazaret accueille également un petit marché de produits locaux chaque semaine pendant l’été.

 

Mercredi, jour de sortie ! Une trentaine de participants de l’Université d’été ont randonné à travers les monts languedociens jusqu’à Saint-Guilhem-le-Désert, où ils ont bénéficié d’une visite guidée. Retour sur l’histoire de ce village si bien caché au coeur des gorges de l’Hérault.

 

 

 

 

 

 

L’université d’été est aussi l’occasion pour les jeunes de la rédaction éphémère de rencontrer les lecteurs de La Vie. Hugo Almoric raconte son échange avec Yves Deniaud.

 

Capitale de l’Hérault, Montpellier rayonne sur le monde médical depuis plus de huit siècles grâce à sa Faculté de médecine. Longtemps implantée dans un ancien couvent dominicain, celle-ci fait désormais peau neuve. Avec la santé à l’honneur de l’université d’été, un retour historique, ainsi qu’une visite, s’imposaient.

 

 

 

 

 

 

Le jeudi 5 juillet, Marie-Hélène Boucand, médecin spécialisée en médecine physique et réadaptation, donnait une conférence sur sa vision de la maladie. Comment vivre avec, l’accepter, se faire accompagner. Un témoignage poignant, de la part de cette soignante également soignée, atteinte depuis 1987 d’une maladie rare génétique très handicapante. Réactions de lecteurs.

 

Le groupe Les Amis de Brassens est venu se produire en concert au Lazaret dans une ambiance émouvante et conviviale. Formé en 2006, le trio s’articule autour du chanteur et guitariste Bruno Granier, qui n’est autre que le petit cousin de Georges. Rencontre.

 

 

 

 

 

A la suite de la conférence sur le lien entre mutation technologique et humanité du soin, des Amis de La Vie témoignent de leurs expériences personnelles.

 

Le mercredi 4 juillet 2018, un groupe des Amis de La Vie est revenu sur les pas de Saint Roch, éminente figure du christianisme, dont l’histoire débute dans un des lieux phares de la médecine européenne, Montpellier.

 

 

 

 

 

Au terme d’une semaine bien remplie, le temps est venu pour les quelques 300 personnes présentes de faire leurs valises. L’occasion de revenir sur cette semaine et de dresser un bilan des temps forts qui l’ont marquée. Ils sont lecteurs, organisateurs, enfants, scouts et tous ont leur mot à dire…

Pères d’ado, frères de cordée

Pères d’ado, frères de cordée

Les 18 et 19 novembre, dix pères se sont retrouvés au siège du journal pour parler ensemble de leurs enfants et surtout d’eux-mêmes.

Pause café avec Philippe Jeammet sur le toit du Monde, le 19 novembre 2017.

Un week-end entre hommes pour échanger sur sa manière d’être père ? « C’est pour moi ! » se sont dit José, René, José et Gwenaël en découvrant cette surprenante proposition dans La Vie. D’autres, comme Guy-René, ne regrettent pas d’avoir cédé à la pression de leur femme. S’extraire d’un quotidien chargé sous l’œil amusé de ses enfants, se préparer à parler de soi, accepter une part d’inconnu : la décision n’était pas si évidente pour la dizaine de pères qui ont répondu à l’invitation de David Gros, agriculteur en Charentes et Amis de La Vie.

Prendre conscience de ses héritages, des événements qui nous façonnés, se souvenir des sentiments qui nous habitaient lors de notre propre adolescences, exprimer ses doutes : au siège du journal, dans une salle de réunion métamorphosée par des tentures, un tapis, un bouquet d’iris, ils ont passé 24h à s’écouter mutuellement dans la confiance et une ambiance recueillie et joyeuse. Et gourmande, puisque chacun a apporté une spécialité à partager, lentilles du Puy, pâté maison et Calvados de derrière les fagots. A la fin de la session, les pères ont échangé avec le Pr Philippe Jeammet, psychiatre. « Vous êtes des générateurs de valeurs et des générateurs de climat à la maison » leur a-t-il confié en substance.

« Quelle magnifique initiative que cette rencontre entre pères !, nous écrit René de retour dans le Massif central. Je porte un regard différent sur mon fils de 18 ans. Il m’a posé des questions sur sur week-end. Je sens une ouverture, une amorce de dialogue. » L’expérience semble avoir été unanimement apprécié par les participants et il est fort probable que nous renouvelions la proposition les 17 et 18 novembre 2018.« Je repars dans la confiance, disait Nicolas, lors de la séquence d’évaluation. Notre partage a été très profond. Je repars avec des pistes, des choses assez simples que je peux appliquer avec mes adolescents. Par exemple, éviter de traduire des comportements agaçants par de la provocation et se mettre à leur place, prendre conscience qu’eux aussi peuvent être déçus. »

Dominique Fonlupt

Dès le lundi matin, chacun recevait sur sa messagerie une lettre-poème d’Aymeric.  La voici :

Chers frères de cordée

Comme au lendemain d’une belle randonnée
Après avoir goûté le soleil
Et envisager des vallées
Comme autant de paysages intérieurs
Il nous faut aller
Regagner notre sentier du quotidien
Non moins riche en couleurs
Et en saveurs
Mais moins balisé et quelque part
Plus aventureux.

Comme au sortir du refuge
Il faut se plonger dans la nuit de nos vies
Ce moment qui précède l’aube
Et où, la frontale sur la tête
On cherche déjà entre les pierres
Le chemin qui mène plus haut.

Soyons fiers d’être pères
Soyons confiants d’être frères
En chemin sur la Terre
Vos visages et vos paroles sont (des) présents.

 

A lire

Pour nos ados, soyons adultes, par Philippe Jeammet (O. Jacob, 8,90 euros).

Quand nos émotions nous rendent fous. Un nouveau regard sur les folies humaines, par Philippe Jeammet (Ed. Odile Jacob, 2017, 22,90 euros).