Amis de l’Isère : début de saison au monastère d’Aiguebelle

Les Amis de l’Isère à Aiguebelle (septembre 2018).

Pour bien débuter l’année, les Amis de l’Isère aiment se retrouver dans un monastère. Cette année leur choix s’est porté sur l’abbaye cistercienne de N.D. d’Aiguebelle, en Dme provençale.

Comment sommes-nous portés par l’espérance ? Pour répondre ensemble à cette question, nous avons choisi de passer deux jours à l’abbaye Notre Dame D’Aiguebelle, pour vivre au rythme des offices des moines cisterciens, nous nourrir les uns les autres en partageant sur nos peurs mais aussi sur ce qui nous fait vivre. 

Oui, des peurs nous habitent. Peurs personnelles : fin de vie, solitude, souffrance, dépendance… Peurs pour la société où nous vivons : violence, intégrisme, pensée unique, montée des populismes… Face à tous ces dérèglements (climatique, financier…) et à leurs conséquences, quel monde laisserons-nous à nos enfants et petits-enfants ? Mais « la peur est matrice du courage » selon le philosophe Alain. Toutes ces peurs sont donc aussi des défis qui nous invitent à ne pas fuir.

Ce qui nous fait vivre ? Les relations avec les autres, bien sûr mais aussi la capacité de l’humanité d’aller au-devant des problèmes : associations, mouvements de résistance, de solidarité. Sachons nous émerveiller et garder l’envie d’avoir envie !

Le Père Georges nous a fait part de ses inquiétudes : depuis 10 ans, aucun jeune n’est venu étoffer et rajeunir leur communauté. Et pourtant, dans cette abbaye, qui a suscité la création d’autres monastères depuis le XIIè siècle, « nous devons vivre à fond ce que nous devons vivre, en faisant confiance ». Le calme, le silence attirent beaucoup de monde à Aiguebelle, lieu habité par la mémoire des moines de Tibhirine (qui seront béatifiés le 8 décembre à Oran).

our conclure, le P. Philippe Mouy (nouvel Ami de La Vie) nous a amenés à réfléchir à l’espérance chrétienne. Elle n’a rien d’évidence (gare à l’inflation verbale à son sujet !) car elle ne peut pas être extérieure aux réalités humaines. Nous appelant à porter attention à ce qui se donne, elle nous fait chercher, au fond de nous et des autres, le mouvement vital jusque dans nos fragilités. Une force qui vient de Dieu et qui « entraine tout » (Ch. Peguy).

Les Amis de l’Isère

Pères d’adolescents, 24 heures rien que pour vous

 

Un ado à la maison ? Venez partager votre expérience entre hommes accompagnés par Claude Bauer.

Un week-end entre hommes pour échanger sur sa manière d’être père : c’est l’idée de David Gros, notre correspondant en Charentes, les Amis de La Vie l’ont mise en musique. Deuxième édition les 24 et 25 novembre 2018.

« Même avec des adolescents sans problèmes particuliers, on craint de mal faire. On demande aux pères de faire preuve d’autorité et en même temps d’être proche des ses enfants. J’avais besoin d’échanger en profondeur avec d’autres hommes confrontés aux mêmes questions». Père d’un fils de 16 ans et d’une fille de 18, David Gros est agriculteur et abonné à La Vie.

Pourquoi ne pas inscrire cette proposition au programme de l’association des lecteurs dont il est un membre actif en Charentes ? « Le journal porte une attention particulière à la famille. Dans ce cadre-là, j’étais certain que chacun se sentirait accueilli, sans jugement ».

La première session a eu lieu en novembre 2017 avec une dizaine de participants, au siège du journal, dans une salle de réunion métamorphosée par des tentures, un tapis, un bouquet d’iris. Le programme a été élaboré par des pères pour leurs pairs, avec les compétences de Claude Bauer, formé à l’accompagnement. « A travers mon expérience de directeur du centre spirituel de Loisy, dans l’Oise (fermé en octobre 2017, NDLR), j’ai appris à créer une atmosphère qui permet de se parler en vérité dans un groupe, souligne ce jeune grand-père : une décoration chaleureuse, des chambres agréables, des repas soignés. »

Animer une session exclusivement masculine était une première pour Claude Bauer. « Cette situation nouvelle force à trouver une voix originale. On ne peut pas chercher dans le regard de la mère son assentiment. » Cela évite aussi les débats éducatifs inévitables au sein du couple parental. Différentes séquences et outils de communication favorisent au contrairel’expression d’une parole la plus personnelle possible, loin de toute volonté de convaincre ou de se justifier. «Il ne s’agit pas tant d’apporter des réponses que d’aider chacun à se mieux se connaître dans relation avec son adolescent. Car le seul qu’on peut changer, c’est soi-même», poursuit l’accompagnateur, impressionné par la capacité des participants à accepter leur propre vulnérabilité pourvu qu’ils se sentent en confiance et en sécurité.

« Ce week-end rejoignait un souhait de discuter dans un cadre que je ne trouvais pas », se souvient Guy-Noël, lyonnais, commercial dans une PME. Père de Marie, 18 ans et Malo, 16 ans, membre de la Communauté Vie Chrétienne, il a apprécié de se retrouver entre hommes et s’est rendu compte qu’il n’était pas seul avec ses doutes.. « J’ai moins de complicité que ma femme avec mes ados et elle semble y arriver mieux que moi.  Mes relations sont souvent tendues avec eux, j’ai une attitude plutôt autoritaire. Suis-je dans mon rôle ? »

Ergonome et coach, José, Père de trois garçons de 17, 16 et 12 ans n’est pas en manque de copains – surtout de copines- pour discuter éducation. « Mais on parle de ses enfants, rarement, de soi ». Il est venu de Saint-Etienne du Rouvray, pour parler de ce délicat métier de père, sans finalité particulière, ni psychologique, ni religieuse ». « Je reviendrais volontiers, mais seulement s’il reste des places. Je laisse d’autres hommes faire cette belle expérience.»

Dominique Fonlupt

Inscrivez-vous maintenant !

Le deuxième week-end réservé aux pères d’adolescents de 12 à 20 ans aura lieu du samedi 24 novembre 2018 à 10H30 au dimanche 25 novembre à 16H, au siège de La Vie dans le 13ème arrondissement de Paris. Groupe limité à 12 personnes.

Tarif : 160 euros (accompagnement, trois repas et une nuit en chambre double).

Contact : amisdelavie@lavie.fr

Sète 2018 : la biographie des conférenciers, artistes, animateurs d’ateliers

Au Lazaret à Sète, le mardi 3 juillet : “Face aux mutations technologiques, toujours plus humains ?” Avec Marc Ychou, cancérologue, et Catherine Bourgade infirmière, cadre de santé.

Ils ont fait le succès de l’université d’été des Amis de La Vie à Sète sur le thème “Notre santé, un enjeu politique, existentiel, spirituel”.

(Pour apprendre à manipuler facilement les documents ci-dessousCliquer ICI)

Découvrez la biographie et la bibliographie des 15 conférenciers.

2018-Les-intervenants

Découvrez la biographie des intervenants (méditations, ateliers)

Les-méditations-les-ateliers-V2
Sète 2018 : Sous le soleil de Midi le juste

Sète 2018 : Sous le soleil de Midi le juste

On aurait aimé pousser les murs. Accueillir tous ceux qui ont hésité un jour de trop avant de s’inscrire, partager le bonheur de cette université d’été avec davantage d’élus. En 15 jours, toutes les places étaient prises. Il faut dire que nul ne pouvait se sentir étranger au sujet : « Notre santé, un enjeu politique, existentiel et spirituel ». Chaque participant est venu avec sa valise pleine d’inquiétude et d’espoir, pour soi ou pour un proche, mais gonflé de cette étonnante confiance que nous font nos lecteurs. Lire la suite