La politique dans La Vie : bienveillance et esprit critique

À la suite de leur assemblée générale le 25 mars 2017, les Amis de la Vie ont invité Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction de La Vie et Pascale Tournier, journaliste, à un échange sur le traitement des sujets politiques dans La Vie. Échos d’une rencontre stimulante, par Chantal Vinson, Amie de la Vie (Manche).

  • Les représentants des groupes locaux dans le hall du Monde après la matinée de réflexion

Au cours des « lundis politiques » le matin à 9H30 à la rédaction, nous avons invité des candidats à l’élection présidentielle, commence Pascale Tournier, journaliste, spécialiste des questions politiques. Nous souhaitions prendre du temps avec eux et aborder des sujets dont ils ont assez peu l’occasion de parler dans les médias. Nous avons ainsi pu interviewer presque tous les candidats, même s’il est parfois très difficiles de les mobiliser ainsi pendant deux heures, vu leur agenda chargé. Nous avons voulu recueillir leur vision de l’homme et aborder avec eux la question de la spiritualité, la laïcité, l’écologie, la philosophie… Notre sensibilité à La Vie, qui consiste à faire percuter les questions politiques et la spiritualité, suscite respect et intérêt des politiques.

C’est la 3ème campagne présidentielle que je vis depuis 10 ans, et le contexte a beaucoup changé, poursuit Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction. Nous nous intéressons aux sujets de fond. Nous sommes dans un pays « politique », malgré le désenchantement, les français s’enthousiasment pour cette campagne !”

La Vie se fait entendre dans le paysage médiatique comme un lieu de débat. Pour cela nous avons décidé d’inviter à la rédaction de La Vie les candidats à l’élection présidentielle, pour aller au-delà de l’interview politique, et ainsi, aider à la réflexion des lecteurs.

Nous restons dans la continuité de « l’indépendance d’esprit » : nous sommes libres à la fois vis-à-vis de notre partenaire Le Monde, libres même par rapport à vous les lecteurs, libres par rapport aux tentations de complaisance, aux pressions politiques. Nous ne prenons pas de position politique en faveur d’un candidat. Nos valeurs à La Vie sont la bienveillance et le sens critique : peut-être doit-on inverser l’ordre de ces deux termes…

Il y a un cas particulier : celui de Marine Le Pen. Ce n’est pas si simple de le traiter car elle représente un quart de l’électorat. Nous nous sommes interrogés au sein de l’équipe de la rédaction : que fait-on ? C’est aussi une question en tant que chrétiens. Nous avons décidé de ne pas inviter Marine Le Pen à la rédaction, mais d’aller l’interviewer chez elle, pour prendre une distance supplémentaire. Il est certain que nous ne resterons pas neutres si elle est au second tour.

Dans cette campagne, rien ne se passe comme prévu ! Les événements et les rebondissements mettent en question ce qu’on croit savoir. Il nous faut pratiquer un journalisme sans œillères, avec une certaine honnêteté intellectuelle. Nous vivons une époque d’incertitude avec le risque de se tromper !

Durant l’échange qui a suivi, des Amis de La Vie ont souligné que l’Europe était un sujet insuffisamment débattu par les candidats à la présidentielle. “Nous ne choisissons pas les thèmes de la campagne ! a répondu Jean-Pierre Denis. Il y a une crise de confiance envers l’Europe. Il faut réinventer le projet européen après le Brexit.” Même remarque la « dette », dont les candidats parlent peu. “Il faut traiter de ce thème complexe de la façon la plus attractive possible et souligner la responsabilité par rapport aux générations suivantes” , ont admis les journalistes.

Des lecteurs se sont interrogés sur la « Une » avec l’image de Macron. N’y avait-il pas un risque de le présenter comme un « homme providentiel », malgré le point d’interrogation. Réponse de Jean-Pierre Denis : “la « Une » du journal est une interpellation, une surprise pour inciter à ouvrir le journal“.

Un Ami de La Vie exprime la nécessité pour un média comme La Vie « d’aller aux périphéries », d’anticiper sur les conséquences des choix politiques, par exemple sur l’accroissement des inégalités. Jean-Pierre Denis prend acte de cette demande. Certains ont trouvé que l’interview de Marine Le Pen a été mené de façon agressive, ce qui lui a permis de se présenter une nouvelle fois comme victime des médias. “Le ton que nous avons adopté avait pour but de la faire sortir de la « langue de bois », dit Jean-Pierre Denis. Elle-même annonce un projet brutal vis-à-vis des migrants et de l’Europe. Il faut constater que Marine Le Pen fonctionne dans la confrontation”.

Comment se positionner en tant que chrétiens ? demande un lecteur. “C’est une question que nous allons traiter très prochainement dans un choix de La Vie”, annonce le directeur de la rédaction.

Conclusion de Paul Malartre : “Nous avons pu parler « politique » de façon sereine, sérieuse, active ! Nous avons pu constater nos désaccords et aussi nos accords. Nous avons un œil sur ce qui bouge. Cet échange nous permettra de voter avec une conscience éclairée”.

 

                                                                                             Chantal Vinson

                                                                                             Secrétaire du Bureau des Amis de La Vie

Le photographe Eric Facon de l’agence Signatures a immortalisé la journée.

Pour aller plus loin

Téléchargez le rapport d’activités 2016-2017 en cliquant ici

Téléchargez le rapport d’orientations 2017-2018 en cliquant ici

Téléchargez le bilan 2016 et le budget 2017